Comment calculer le nombre de marches d’un escalier ?

comment calculer marche escalier
Table des matières

Lors de la construction d’un escalier, la définition du nombre de marches compte parmi les étapes les plus importantes. A ne pas prendre à la légère ; afin de permettre de faire un calcul plus précis, il faut toujours utiliser la formule de blondel.


Pourquoi bien calculer le nombre de marches d’un escalier ?


Le calcul du nombre de marches d’un escalier est très déterminant pour plusieurs raisons. S’il est déterminé à l’improviste, cela peut impacter sur le confort. En effet, s’il y a trop de marche, la montée et la descente seraient très contraignante surtout pour les adultes. Dans le cas contraire, si l’escalier ne comporte pas assez de marche, la pente serait trop raide pour la montée et la descente serait dangereuse surtout pour les enfants.


Comment calculer le nombre de marches avec la formule de blondel ?


Pour calculer plus simplement le nombre de marches nécessaire pour un escalier, il faut obligatoirement appliquer la formule de blondel 2h + g= 60 à 64 cm. Pour avoir ce résultat, il faut que chaque marche soit aux environs des 17 cm contre 25 cm pour le giron. Après, il faut également connaître la profondeur de la trémie. À titre d’exemple, si elle est de 2.60 m et que si on applique la formule de blondel, l’escalier devrait comporter 15 marches.
Outre la hauteur de la trémie, le nombre de marche à prévoir pourrait aussi varier en fonction de l’inclinaison de l’escalier. Mais en principe, pour faire plus simple, il faudrait tout simplement vous fier aux standards. Actuellement, l’inclinaison recommandée pour un escalier d’intérieur est comprise entre 25 à 35°.


Les autres paramètres à prendre en compte avant de construire un escalier


En dehors du calcul du nombre de marche, avant de construire votre escalier, tâchez aussi de prendre en considération d’autres paramètres. Parmi les plus importants, il y a le dimensionnement et le choix de l’emplacement de la trémie. À part cela, le choix de matériau est aussi déterminant si vous voulez avoir un escalier qui tienne sur le temps. À titre d’exemple, si vous ne voulez pas que votre escalier grince au bout de quelques années, il vaut mieux favoriser le bois massif comme le chêne.